marvin jernidier
Lisez & appréciez nos articles de blog.

Optimisez vos images WordPress en 8 étapes

Blog / Optimisez vos images WordPress en 8 étapes
Temps de lecture : 7 min

illustration-article-optimiser-les-images-wordpress

 

Optimisez vos images WordPress en 8 étapes

Trouver de belles images, bien choisir le format et la résolution permettent de réduire le poids des fichiers, tandis que des aspects tels que le texte alternatif, un nom de fichier descriptif ou la présence des images dans le sitemap sont essentiels pour la qualité SEO des images en question.

1. Trouvez de belles images

Il est important de rédiger des articles avec des informations pertinentes. Il est tout aussi important d’illustrer ces contenus avec des images qui captiveront l’attention des internautes. Des images que vous pourrez dénicher dans des banques d’images gratuites ou payantes.

Les banques d’images gratuites

Plusieurs plateformes fournissent de nombreuses images de qualité :

 

Pixabay dispose de plus de 1 millions d’images libres de droits. Vous pouvez dénicher les photos qui vous intéressent parmi les images populaires du moment ou parmi les coups de cœur de la rédaction.

La plateforme recense également plus de 160 000 illustrations de haute qualité ou encore de nombreux GIF et autocollants animés.

 

 

Les plus belles photos libres droits sont également disponibles sur Pexels. 

 

 

Les photos disponibles sur Unsplash.com sont réparties dans différentes catégories : architecture et intérieurs, mode et beauté, nature, nourriture et boissons, film, sport, etc. Les images sont naturellement toutes libres de droits.

 

 

Libres de droit, les images recensées sur ce site sont elles aussi réparties dans de nombreuses catégories. Il existe en outre de nombreuses sous-catégories, comme par exemple nourriture et boisson, drapeaux, musique ou encore cosmétiques pour la catégorie « objets ».

illustration-article-optimiser-les-images-wordpress-min

 

Les banques d’images payantes

Les plateformes payantes proposent, elles aussi, de nombreux choix de photos, vidéos ou animations de haute qualité :

 

Bon nombre d’images créatives sont disponibles sur ce site. On y trouve également des photos d’actualité en rapport avec le sport, des peoples, la politique… 

 

 

Le catalogue Adobe Stock est on ne peut plus fourni. Le site fournit de nombreuses photos de grande qualité, mais aussi des illustrations et des vecteurs. A cela s’ajoutent des vidéos, des templates ou encore des images 3D.

 

 

Canva Pro dispose de plus de 75 millions d’images premium, de vidéos, de graphismes et de contenus audio. La plateforme est un outil performant pour ne jamais être à court de visuels pour illustrer vos prochains articles de blog.

2. Choisir le bon format d’image

 

Vous avez le choix parmi différents formats pour vos images WordPress :

  • 1. JPEG (Joint Photographic Experts Group)

 

Avec ce format, assurez-vous de bien ajuster le niveau de compression afin d’avoir un bon équilibre entre la qualité des images et la taille des fichiers.

 

JPEG n’est pas adapté aux logos d’un site Internet puisqu’il ne prend pas en charge les fonds transparents. Il est en revanche la meilleure option pour des images avec beaucoup de couleurs.

 

  • 2.GIF (Graphics Interchange Format)

 

Il va de soi que les fichiers GIF constituent une référence en termes d’images animées.

Le format n’est pas adapté aux images hautes en couleur, ne prenant en charge que 256 couleurs du spectre RVB.

 

  • 3. PNG (Portable Network Graphics)

 

PNG est le format d’image universel pour les images avec transparence ( fond transparent ou translucide )

Le format PNG prend en charge toute une palette de couleurs, mais aussi les fonds transparents. Vous aurez par ailleurs des images simples de bien meilleure qualité en comparaison au format JPEG. Cependant, les images PNG sont plus lourdes que les images JPEG, WebP ou AVIF.

 

  • 4.WebP

 

Google a créé Webp pour remplacer des formats classiques tels que JPEG, PNG ou GIF. Avec ce format, vous réduisez le poids de vos fichiers de 25 à 30 % tout en préservant une bonne qualité d’images.

 

La compression dite sans perte est un procédé intéressant. La  technique vous permet de réduire au maximum la taille des fichiers tout en préservant l’essentiel de leurs propriétés d’origine (résolution, nombre de couleurs, définition, animation et fond transparent).

 

Le format WebP est par ailleurs adapté à différents types d’images, y compris les images animées et les fonds transparents. S’il commence à être largement accepté, il n’est pas compatible avec les anciens navigateurs, ce qui le rends moins universel que des formats comme le PNG ou encore le JPEG.

 

  • 5. AVIF

 

Le format AVIF permet de compresser considérablement les images, davantage que la plupart des autres formats.

 

Prenons l’exemple d’une image au format PNG de 1.25 Mo.

  • Convertir le fichier en JPEG en réduirait la taille à 76.62 ko, soit 94 % de moins par rapport au fichier d’origine.
  • En convertissant l’image en WebP, vous en réduiriez la taille à 37.51 ko. Le fichier perdrait alors 97 % de son poids d’origine.
  • En convertissant le fichier en AVIF, sa taille serait réduite à 16.86 Ko. L’image perdrait ainsi 99 % de sa taille, tout en conservant une bonne qualité.

 

Comme le WEBP, le format AVIF n’est pas compatible avec les anciens navigateurs, ce qui le rends moins universel que des formats comme le PNG ou encore le JPEG.

3. Dimensionnez correctement vos images

La taille des fichiers dépend beaucoup aussi de la résolution des images.

 

Il faut toujours garder à l’esprit que cette taille fait partie des principaux facteurs influant sur la vitesse de chargement des pages. Si par exemple votre site Internet prend en charge des images  d’une largeur maximale de 720 px, vous n’avez pas besoin de mettre en ligne des images avec une largeur de 2 000 px.

 

Les images volumineuses seront en effet automatiquement redimensionnées, mais le poids des fichiers ne change pas. Finalement, vous aurez choisi une résolution avec plusieurs kilo-octets en plus sans que cela ne serve à quoi que ce soit visuellement.

 

En somme, il est important de connaître la résolution adaptée au thème de votre site Internet et de choisir des images adaptées à la taille de vos pages. Il en va de la vitesse de chargement de votre site web.

4. Compressez vos images avec une extension

Le but est de réduire au maximum la taille des fichiers sans que cela n’impacte grandement la qualité des images. Il existe certes tout un panel d’extensions WordPress conçues pour compresser la taille des images. Mais ces plugins seront encore plus efficaces quand vous aurez optimisé vos images au préalable.

 

Imaginons une image avec une taille de 100 ko. En l’optimisant et avec la bonne extension WordPress, vous pouvez en réduire la taille jusqu’à 30 ko tandis que le fichier conserve 70 % de sa qualité.

Pour des fichiers JPEG, la qualité des images reste correcte si celles-ci conservent 70 à 85 de leur qualité d’origine.

 

Les solutions pour réduire le poids des images

Plusieurs choix sont possibles. Parmi les plus utilisés, on retrouve Imagify, un outil permettant d’optimiser gratuitement jusqu’à 25 Mo d’images par mois.

 

Il y a également WP Smush, un outil facile à utiliser et qui permet d’éliminer plusieurs  kilo-octets sans dégrader la qualité des images. Avec la version gratuite, vous pouvez compresser jusqu’à cinquante images en même temps.

 

La version payante permet, elle, de compresser en un seul clic des centaines, voire des milliers de fichiers. WP Smush peut en outre changer automatiquement le format des images pendant leur téléchargement s’il estime par exemple que JPEG est plus adapté que PNG.Si vous ne souhaitez pas utiliser de plugins, vous pouvez toujours vous servir d’un outil de compression en ligne, à l’image de TinyPNG.com, pour la compression d’images JPEG et PNG, ou de CompressJPEG.com, pour les photos au format JPEG.

 

En somme, la meilleure chose à faire est de réduire la taille des images avant de les télécharger sur WordPress. L’extension de votre choix réduira ensuite encore plus le poids de ces fichiers.

5. Renommez vos images avec des mots-clés

Les noms des fichiers font partie des différentes informations que Google recommande de fournir. Les images avec des noms descriptifs (du type « salon-scandinave.jpg » au lieu d’un simple « IMG00456.jpg) ont plus de chances d’apparaître en premier dans les pages de résultat Google.

 

Nommer plusieurs images peut cependant être chronophage. Vous pouvez toujours utiliser une extension telle que Media File Renamer. Vous pouvez paramétrer le plugin de façon à ce que les noms des fichiers reprennent le titre de l’article dans lequel ces images sont insérées.

6. Renseignez les balises alternatives

Le texte alternatif (Alt Text) permet aux internautes comme aux moteurs de recherche de facilement comprendre les images. La description d’image est bien sûr essentielle pour les lecteurs d’écran conçus pour les malvoyants. Par ailleurs,  l’Alt Text s’affiche toujours même quand une image n’arrive pas à charger.

 

Enfin, il est recommandé d’inclure une ou des variantes du mot-clé principal de la page dans les champs Alt Text. La description d’image est en effet un facteur important en termes d’optimisation SEO. Le titre de l’image n’est en revanche pas un élément essentiel de l’optimisation SEO. Il n’est, en clair, pas déterminant dans le positionnement d’une image dans les pages de résultats Google.

 

La finalité du titre est essentiellement de fournir des images aux internautes, la plupart des navigateurs modernes, dont notamment Chrome, l’utilisant comme info-bulle.

Bon à savoir :

  • Vous pouvez utiliser un même texte pour le titre et l’Alt Text ;
  • Privilégiez des espaces normaux, et non des tirets, pour le titre comme pour la description d’image ;
  • Il est important de renseigner tous vos champs Alt Text ;

La description d’image doit être claire et courte : 2 à 6 mots suffisent largement.

7. Intégrez vos images dans le sitemap

Inclure les images dans vos sitemaps XML augmente les chances de leur visibilité dans Google Images.

Il est possible de référencer ces fichiers manuellement. Pour ce faire, vous utilisez des balises « image:image » et « image:loc ». Mais vous pouvez aussi vous servir d’une extension WordPress comme Yoast grâce à laquelle les images sont automatiquement ajoutées à votre sitemap XML.

8. Importez vos images dans l’aperçu socialgraph SEO Yoast

Le but est ici de prévisualiser des images que vous posterez sur les réseaux sociaux. Avec l’extension Yoast, vous pourrez facilement paramétrer chaque aperçu Facebook ou Twitter.

Vous voulez
plus de trafic?

Salut je suis Marvin Jernidier,  directeur de MJ Metrix, Xoogler  (ex-référenceur à Google) et passionné de référencement, de marche rapide et de philo.

Avec mes équipes, je vous aide à générer plus de passage et de ventes sur votre site internet et dans votre établissement.

marvin jernidier
À propos de moi

Gérant de l’Agence Digitale MJ Metrix, j’étais référenceur chez Google à Dublin. Avec mes équipes, je dispense un ensemble de services pour améliorer la visibilité des entreprises et leurs ventes par le biais d’internet.


*SEO & annonces sponsorisées